Reconnaissance et Passage de relais

Chers frères et sœurs,

Comme vous le savez déjà, je prends un temps sabbatique après 25 ans de ministère pour ensuite le poursuivre à l’Eglise des Îles de Saintonge, au 1er octobre 2020.

Mais comment partir sans vous dire au revoir une dernière fois, de vive voix, sans vous saluer main dans la main, en vis-à-vis ?

Cette question me trotte dans la tête depuis le début du confinement, tout comme celle de l’annulation (à ce jour) du culte de Pentecôte où je ne pourrais pas accompagner mes catéchumènes au jour de leur confirmation.

Mais l’Église n’est-elle pas une histoire de relais, de passage de relais dans la confiance et l’espérance?

Il en est ainsi maintenant et de se réjouir en sachant que les membres du Conseil de notre communauté seront au rendez-vous pour veiller durant l’année de vacance et bien au-delà.

Vous comprenez que ce n’est pas sans peine que j’écris ces quelques lignes sinon ce besoin profond de vous remercier pour ces neuf années passées au temple du Hâ et à Bordeaux, à travers ces rencontres, ces nombreuses aventures d’humanité et de fraternité que nous avons partagées , ces projets que nous avons menés ensemble parfois « contre vents et marées » et aujourd’hui une communauté forte de promesses et d’espérance, avec des équipes engagées et de vous en remercier.

Les mots sont peu de choses au regard de ce que nous traversons et traverserons suite à cette crise sanitaire. Il reste cette aptitude et cet enthousiasme de l’Église et de ses membres à toujours se relever et à se re-penser car fondés sur l’essentiel, l’humilité et la confiance.

Je vous confie l’exposition «  Au fil de l’histoire protestante à Bordeaux », préparée durant cette année et finalisée avec l’équipe «  D’ici et d’ailleurs », l’enquête sur le protestantisme avec les post-catéchumènes et la plaquette historique avec Henri Seillan.

Je vous confie aussi Aproguyenne et ce que cela signifie d’humanité souffrante. Je vous confie Oinosbiblio et d’oser rêver l’Église de demain…

A chacune et chacun de vous souhaiter bonne route sous la bénédiction de l’Eternel, notre Dieu.

Avec toute ma reconnaissance.

Pasteure Valérie Mali

Information COVID-19

Les lieux de culte ayant été fermés depuis mi-mars 2020, le déconfinement progressif est en cours depuis le 11 mai 2020.

L’Église Protestante Unie de Bordeaux, a également progressivement rouvert ses temples. A partir du 14 juin 2020, les 4 temples de la Métropole bordelaise proposent un culte en présentiel.

Le Temple du Hâ accueille ses fidèles en respectant la distanciation et le protocole sanitaire.

Le Conseil de la communauté locale

  • Nathalie DECAUDIN
  • Christine GILLIN
  • Jean-Charles HORSTMANN
  • Pierre KEOU
  • Sandra LAWTON
  • Catherine MARCHAND (secrétaire)
  • Jean-Baptiste ROZIER (Trésorier)
  • Claude SCHAEFFER
  • Henri SEILLAN (Président)

L'Histoire du Temple du Hâ

Il fut à l’origine la chapelle du couvent de la congrégation enseignante des Filles de Notre Dame, fondée en 1610 par Jeanne de Lestonnac, nièce de Montaigne. Elle souhaitait mettre en application, au profit des jeunes filles de la noblesse et de la bourgeoisie, des principes pédagogiques avancés pour l’époque, s’inspirant de ceux de l’éducation jésuite, mais aussi du protestantisme.

L’architecte de cette chapelle est Henri Roche, constructeur aussi de l’immeuble du 17 rue du Hâ. Elle a été édifiée à partir de 1625 et terminée en 1628. La nef a été reconstruite après le tremblement de terre de 1751.

La très belle balustrade de la tribune est sans doute d’origine. Il y avait dans le chœur un riche retable baroque qui se trouve maintenant dans l’église paroissiale de Pessac. La façade extérieure comportait à l’origine des statues.

Fermée pendant la Révolution et utilisée comme entrepôt à fourrage, cette église a été attribuée par Bonaparte aux protestants bordelais en vertu des Articles organiques (1802) réorganisant le culte protestant.

La chaire du Temple Protestant du Hâ à Bordeaux
La chaire du temple du Hâ

L’aménagement essentiel a été la construction de la chaire. Le premier culte a eu lieu le 1er décembre 1805, présidé par le Pasteur Martin. L’intérieur du temple a comporté pendant longtemps de nombreux panneaux couverts de textes bibliques.

L’orgue a été construit en 1883 par le facteur bordelais Maille ; il a été agrandi en 1969 et comporte 19 jeux.

A côté du temple, rue du Commandant Arnould tracée vers 1860, se trouvaient des écoles protestantes ; c’est actuellement le centre culturel Hâ 32 et le siège de l’Entraide Protestante et d’autres activités en lien avec elle.

Partager