Communiqué de la Fédération Protestante de France

Logo de la Fédération Protestante de France

Suite à l’attentat perpétré contre Samuel Paty, Professeur d’histoire géographie : l’enseignement de la liberté ne saurait être mis en cause par quiconque.

Face à l’assassinat odieux et barbare dont a été victime Samuel Paty le 16 octobre, la Fédération protestante de France (FPF) tient à exprimer son indignation et son horreur. La défense de la liberté d’expression est l’honneur de la République. L’Education nationale en est l’un des vecteurs les plus significatifs.

Le bien précieux gagné puis transmis qu’est la liberté d’expression, de conscience et de la presse n’a rien d’abstrait bien au contraire : il s’agit du cœur battant de la République

Le protestantisme se bat depuis toujours pour cette liberté imprenable et réaffirme sa conviction que l’Evangile aussi en est l’un des fondements.

L’assassinat perpétré à l’encontre de Samuel Paty pour avoir transmis à ses élèves les fondements de la liberté et donc de la République est odieux.

La FPF exprime sa compassion à l’égard de la famille, des proches et des élèves de la victime.

L’enseignement de la liberté ne saurait être mis en cause par quiconque.

La défense de la liberté et de la République contre l’agression de l’extrémisme radical politique qui se réclame de l’Islam doit être le combat de chacun et de tous.


Déclaration des responsables religieux de la Gironde

La vie humaine est sacrée

Ce mercredi 21 octobre, notre pays tout entier rend un hommage solennel à Monsieur Samuel Paty, professeur d’Histoire-Géographie à Conflans-Sainte-Honorine, sauvagement assassiné dans le cadre de son métier d’enseignant, par un terroriste islamiste.

Que sa famille, ses proches, ses amis, ses élèves et ses collègues trouvent ici l’expression de notre profonde compassion. Nous sommes tous bouleversés par cet acte barbare, et particulièrement solidaires de tous les enseignants profondément atteints par ce crime odieux.

La vie humaine est sacrée. Nous réaffirmons que toute atteinte contre elle au nom de Dieu est injustifiable. Ensemble, responsables religieux en Gironde, nous voulons redire avec force que personne ne peut attenter à la vie d’autrui, en se réclamant de ses convictions religieuses ou idéologiques quelles qu’elles soient.

La République Française est garante des règles communes qui donnent à chacun la dignité à laquelle il a droit. C’est ainsi que notre vivre ensemble est bâti sur la défense des libertés de conscience et d’expression et sur l’éducation au respect mutuel. Nous voulons soutenir et œuvrer avec toutes celles et tous ceux qui luttent contre l’ignorance et militent pour la connaissance et la reconnaissance de l’autre, de son histoire, de ses traditions et qui se battent contre tous les extrémismes.

En cette période difficile, contre la violence et la haine, nous voulons tenir fermement notre engagement à être artisans de paix. Le meilleur rempart contre la barbarie, le fanatisme et le terrorisme demeurent la fraternité, l’éducation et l’unité. Aussi, est-il de notre devoir d’inviter tous les croyants à prier pour la paix et à rejoindre tous nos concitoyens qui œuvrent pour elle dans le respect des règles du vivre ensemble. »

Cosigné par :

Paul Brandao, Président du pôle Bordeaux de la Fédération Protestante de France

Françoise Cartau, Déléguée Régionale de l’Union Bouddhiste de France pour la Nouvelle Aquitaine,

Tareq Oubrou, Grand Imam de Bordeaux,

Philippe Dautais, prêtre de l’Eglise Orthodoxe de Roumanie et Délégué régional à l’oecuménisme de l’Assemblée des évêques orthodoxes en France,

Jean-Paul James, Archevêque de Bordeaux, Evêque de Bazas,

Moïse Taieb, Rabbin de Bordeaux.


Partager