Mot de la pasteure Valérie Mali aux paroissiens du Hâ

Un hublot en bois sur un prés de verdure

Pour cette deuxième semaine, confinement oblige, d’adresser une salutation fraternelle à tous les membres de notre paroisse du Hâ grâce à la Newsletter qui prend tout son sens et devient un support indispensable pour communiquer en communauté (merci à Marion pour son aide).

Un lien pour tous et toutes qui arrive au même moment, quand, même isolés, confinés, nous gardons ce besoin d’avoir des nouvelles, de donner des nouvelles. Je sais que chacun se relaie et veille. La prière revient souvent dans nos échanges, et de savoir qu’elle fait partie véritablement de notre vie chrétienne. A ce jour, je n’ai pas eu connaissance de personnes dans notre Communauté atteinte du virus, mais de prier pour toutes les personnes touchées.

Nous avons été pris au dépourvu et rien n’était préparé pour cette période exceptionnelle car personne ne pouvait imaginer cela.

Imaginer fermer le temple, suspendre les cultes, les visites, les Actes pastoraux, la catéchèse…tout ce qui fait le mouvement et la vocation de l’Église.

Un drôle de sentiment nous gagne.

On s’invente autrement avec les téléconférences pour les conseils. Les Institutions de l’Église et la Fédération mettent en place des liens. Les pasteurs se mettent à faire des cultes vidéo, avec les moyens du bord !

J’ai reçu ce matin un mot fraternel de l’évêque auxiliaire, le Père Bertrand Lacombe, uni dans la prière commune.

Confinement oblige, vivre notre Église autrement, comme un voyage intérieur, immobile et pourtant en lien les uns avec les autres, « sans calendrier mais pas sans boussole », dans cette attente patiente.

« La fidélité du Seigneur remplit la terre »
Psaume 33,5

Partager