Secrétariat: 05 56 52 60 47 Urgences/enterrement: 06 98 47 88 82

Ils sont dans le monde, mais ils ne sont pas du monde

 

Je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde, et je vais à toi. Père saint, garde en ton nom ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous.  Lorsque j’étais avec eux dans le monde, je les gardais en ton nom. J’ai gardé ceux que tu m’as donnés, et aucun d’eux ne s’est perdu, sinon le fils de perdition, afin que l’Écriture fût accomplie.  Et maintenant je vais à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite.  Je leur ai donné ta parole ; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.  Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal.  Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.
Jean 17, 11-16

Ce temps « au désert » ne nous invite pas au rêve, à une sorte de temps suspendu et déconnecté du temps ordinaire de nos vies ; mais il nous permet, avec un peu de distance, de regarder le monde que nous avons laissé à quelques encablures d’ici.

Comment voyons-nous le monde qui nous entoure ?

  • Un monde extraordinaire de progrès, ou un monde inconscient des menaces qu’il accumule sur sa tête ? Homo Sapiens, de Yuval Hariri… « peut-être moins de 1000 ans à vivre » ?
  • Un monde extraordinaire de métissages, de rencontres, un « village mondial », ou un monde rendu dangereux par des conflits de cultures et des migrations incontrôlées ?
  • Un monde (occidental) façonné par les belles valeurs chrétiennes de liberté, de solidarité, de laïcité, ou un monde de consommation abandonné à l’individualisme et à l’indifférence religieuse ?
  • Bref, un monde à habiter sereinement et à encourager, ou un monde à combattre et à convertir ?

« Ils sont dans le monde, mais ils ne sont pas du monde », dit Jésus en parlant de ses disciples. Il semble y avoir ici un regard particulier sur le monde, non pas comme lieu de la mission, comme on le voit après l’Ascension et la Pentecôte dans le livre des Actes des Apôtres, mais un monde comme lieu du danger, de la perdition, de la haine.

Comment accueillir cette vision du monde, qui semble si différente du beau dynamisme de l’Esprit Saint à la Pentecôte ? Chez Jean, il n’y a pas de récit d’Ascension après la croix, mais un discours d’adieux avant la croix, dans lequel Jésus évoque son départ. Chez Jean, l’Ascension a lieu sur la croix où il est élevé… dans la mort et dans la gloire.

Mais de ce fait, c’est un discours d’avant Pâques, un discours marqué par un climat pesant et inquiétant. Vision frileuse ? Repliée sur elle-même, et craintive ? Ou bien simplement prudente et réaliste ?

 

Lire la suite de la Prédication du pasteur Eric de Bonnechose

 

Partager
Fermer le menu
Fermer le panneau
Illustration d'un crayon qui écrit
Les annonces pour la semaine
Un calendrier d'avent
Conférences, concerts, événements spéciaux....