Secrétariat: 05 56 52 60 47 Urgences/Obsèques: 06 98 47 88 82

Imagine…

Imagine un monde sans paradis et sans enfer… un monde ou chacun vivrait pleinement aujourd’hui ! Imagine un monde sans frontières et sans dominations… un monde où il n’y aurait plus de cause pour lesquelles se battre et mourir… Un monde sans religion même… oui, imagine un monde où tout serait partagé, où tous seraient unis…

C’est ce que chantait John Lennon dans le vivre ensemble musical et hippie des années 70. Pour célébrer et appeler l’expansion de ce vivre ensemble. Et ce soir, où nous allions musique, vivre ensemble et sources bibliques, je ne peux résister au désir de prolonger un peu ce rêve… avec un peu moins d’anarchisme que John Lennon sans doute !

Alors imagine encore…

Imagine un monde où il n’y aurait plus de pauvres. Un monde où le sentiment de propriété aurait disparu. Un monde où ceux qui possèdent des biens se mettraient à les vendre, pour qu’ils soient à disposition de tous. Un monde où le produit de ces biens serait réparti équitablement entre tous, de sorte que chacun reçoive selon ses besoins.

Imagine un monde nouveau, où les chefs agiraient avec justice et parleraient avec conviction. Un monde où les chefs ne parleraient pas pour eux-mêmes et pour leurs propres intérêts, mais témoigneraient d’une véritable vision. Un monde où la parole des chefs aurait une profonde autorité, parce que tous sentiraient qu’elle est portée par un souffle puissant, et par le souci du bien commun.

Oui, imagine un monde nouveau, où le peuple serait porté par une sorte d’état de grâce. Un monde où les dissensions et les méfiances auraient disparu. Un monde où chacun se sentirait profondément en communion de cœur et d’esprit avec son voisin. Un monde où l’on éprouverait un réel bonheur à vivre ensemble.

Chers amis, au-delà de John Lennon, et bien avant lui, ce rêve est dans la Bible. C’est ce qui nous est raconté de la communauté des premiers chrétiens, saisis par l’Esprit du Christ, au lendemain de la Pentecôte.

Nous lisons dans Actes 4, versets 32-35 :

La multitude de ceux qui étaient devenus croyants n’avait qu’un cœur et qu’une âme, et nul ne considérait comme sa propriété l’un quelconque de ses biens ; au contraire, ils mettaient tout en commun.  Une grande puissance marquait le témoignage rendu par les apôtres à la résurrection du Seigneur Jésus, et une grande grâce était à l’œuvre chez eux tous. Nul parmi eux n’était indigent : en effet, ceux qui se trouvaient possesseurs de terrains ou de maisons les vendaient, apportaient le prix des biens qu’ils avaient cédés et le déposaient aux pieds des apôtres. Chacun en recevait une part selon ses besoins. 

Chers amis, est-ce qu’il est bon d’imaginer et de rêver ainsi, avec John Lennon, et avec la Bible ? Est-il bon de chercher le vivre ensemble avec ce niveau d’exigence, ou cette densité de nostalgie ? Est-il raisonnable d’aspirer à un vivre ensemble qui ne soit pas la simple tolérance des diversités, ou la juxtaposition courtoise des cultures et des convictions différentes ? Est-il raisonnable d’aspirer à une société qui ne se contente pas d’un « vivre avec » fait de principes d’égalité et de liberté, mais qui construit aussi et avant tout un « vivre ensemble », une fraternité chaleureuse et communielle ? Ou bien faut-il craindre l’idéalisme, source de d’illusions, d’abus ou de déceptions, et finalement de découragement ?

Lire la suite de la prédication du Pasteur Eric de Bonnechose apportée le 21 juin 2015 lors de la Nuit « Musique et Parole » au Temple du Hâ

Partager
Fermer le menu
justo libero lectus felis libero ultricies mattis Aenean ut ipsum ut
Fermer le panneau
Illustration d'un crayon qui écrit
Les annonces pour la semaine
Un ordinateur avec plein de post-it collés sur l'écran
Nous espérons que vous trouverez encore une petite place dans votre agenda pour profiter des "événements spéciaux"