Jean Baptiste

Marc 1 : 1 à 8

Jean Baptiste

Pasteur Françoise Vinard, Eglise Protestante Unie de Bordeaux,  5 décembre 2020

Chers amis, je vous propose un voyage dans l’espace et dans le temps : sortir de chez vous, pour vous rendre  à  4700 km de Bordeaux,  en Israël, plus exactement en Palestine, du temps du Christ, rencontrer un personnage, original, intéressant :Jean Baptiste.

Jean-Baptiste est un personnage incontournable, non pas parce qu’il est le  cousin germain de jésus (quoique…) mais parce qu’il a reçu une mission précise, qu’il doit exercer dans un lieu précis :  non pas dans la ville grouillante de  Jérusalem, ni dans le Temple, ni dans les nombreuses synagogues qui jalonnent le pays,  non, dans le désert.

Je vous propose de regarder ensemble la carte de la Palestine.

Carte de la Palestine

Je vous invite à repérer  2 régions : la Judée au sud et la Galilée au nord, ainsi que  2 mers : la mer morte et la mer de Galilée, ou lac de Tibériade et entre les deux mers, un fleuve : le Jourdain.

 On pense que Jean-Baptiste exerçait son ministère au bord du Jourdain. Entre Jérusalem et le Jourdain, nous avons un beau petit dénivelé de 600 m qu’il fallait descendre dans un sens et…remonter dans l’autre !

Sa mission ? préparer. Jean-Baptiste est  appelé à préparer le chemin du Seigneur et  il appelle ses contemporains à préparer le chemin du Seigneur  Le mot d’aujourd’hui, sera donc : préparer

Chers amis, qu’avons-nous l’habitude de préparer ? une recette de cuisine, un repas de fête, un concours, un mariage, une naissance, un déménagement, un voyage… je pense aussi au bricolage qui souvent demande un grande  préparation ;  et on parle aussi de préparateur en pharmacie

Préparer demande temps, réflexion, anticipation, imagination, parfois effort, mais préparer est indispensable- Et souvent la préparation apporte autant de joie qu’évènement  lui-même…

Jean-Baptiste  a reçu la mission de préparer : préparer le chemin du Seigneur. Que cela veut-il dire : préparer le chemin du Seigneur ?  Le Seigneur aurait-il besoin de nous pour que nous lui préparions le chemin ! ? ou bien est-ce nous qui avons besoin de préparer ce  chemin ?  

J’aime bien comparer Jean-Baptiste  à un laboureur, qui retourne la terre de haut en bas et de bas en haut pour que celle-ci puisse ensuite accueillir la semence.

Comment Jean-Baptiste va-t-il s’y prendre pour préparer le chemin ?

– il va utiliser sa voix, il va parler et même ? crier !

– il va baptiser « Toute la région de Judée et tous les habitants de Jérusalem (c’est peut-être un peu exagéré !) se rendaient vers lui. Reconnaissant publiquement leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans l’eau du Jourdain ».

Je ne sais pas si vous avez regardé dimanche dernier sur France 2 le reportage sur les évangéliques tziganes ? extraordinaire ! On y voit des Tziganes arriver de partout pour écouter l’Evangile être prêché sous une immense tente. Des vies sont transformées ! J’ai été touchée par  le témoignage d’un homme, qui nous raconte comment il a reçu le pardon de Jésus sur ses péchés. Après 47 ans, il en parle encore avec une profonde émotion !

L’Evangile est une puissance (on l’oublie un peu trop souvent), une puissance qui peut changer des vies !

Maintenant permettez-moi de nous arrêter sur cette parole de Jean-Baptiste: « Après moi vient celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de me baisser pour détacher la courroie de ses sandales » quelle attitude de grande humilité !! qui fait écho à une autre parole de JB : « Il faut qu’il croisse et que je diminue »

Un peintre allemand a voulu illustrer cette parole :

Tableau "La Crucifixion" - Retable d'Issenheim - Musée Unterlinden Colmar
Tableau "La Crucifixion" - Retable d'Issenheim - Musée Unterlinden Colmar

Si je vous dis « retable d’Issenheim », cela vous dit-il quelque chose ? Ce triptyque se trouve en Alsace, à Colmar, les Alsaciens en sont très fiers !  Il a été commandé au  16ème siècle pour un hôpital qui soignait des malades atteints d’ergotisme.  Savez-vous ce qu’est l’ergotisme ? L’ergotisme vient de l’ergot du seigle, un champignon parasite du seigle, qui générait une maladie très grave comportant des crises de convulsion. Et on dit que lorsque les malades contemplaient ce tableau, ils reprenaient espoir….

Nous sommes en plein art gothique, art très réaliste,

Description de la peinture de Jean Baptiste :

 

Détail du tableau "La Crucifixion" - Musée Unterlinden Colmar
Détail du tableau "La Crucifixion" - Musée Unterlinden Colmar

Remarquez : la tunique du prophète, avec ses couleurs chaudes, elle cache un manteau en poil de chameau ; la ceinture nouée, un livre que tient JB dans sa main gauche, qui contiendraient les prophéties de l’AT accomplies désormais par le Christ, et surtout le long index  de JB pointé sur Jésus… Enfin  à ses pieds, « l’agneau qui ôte le péché du monde »

Une Inscription en latin : « Illum opportet crescere, me autem minui » (Il faut que celui-ci grandisse, et que moi je diminue), A ce sujet, un collègue m’a partagé quelque chose que j’ai eu envie de vous partager : la nuit du 24 décembre, nous fêtons la naissance de Jésus Christ et la nuit du 24 juin, nous fêtons la naissance de Jean Baptiste  , quoi de plus normal, étant donné qu’ils ont 6 mois de différence !: Jean Baptiste  est né dans la nuit la plus courte de l’année, le 24 juin et Jésus …. dans la nuit la plus longue, le 24 décembre. Car, après le 24 juin, les jours diminuent et ce jusqu’au 24 décembre, date à partir de laquelle, les jours vont pouvoir s’allonger, la lumière croitre et se déployer. Un peu comme si la lumière de Jean Baptiste  diminuait pour laisser place à la lumière de Jésus qui elle va pouvoir grandir. Belle symbolique, non ?

Sur internet, nous pouvons trouver un grand nombre de  représentations de Jean Baptiste, notamment des icônes. Sur chacune d’elles se dégage une grande paix !  

Cette  scène est dramatique : Jésus est sur la croix, au centre du tableau, son  corps noueux est tordu par souffrance et recouvert de blessures…

A gauche, nous trouvons notre Jean-Baptiste et à droite : Marie, la mère de Jésus soutenue par le disciple Jean et aux pieds de la croix, Marie de Magdala.

Remarquez le détail des mains, elles sont très expressives : le doigt de Jean Baptiste  les mains de Jésus, les mains de Marie Madeleine et les mains de Marie

En réalité, Jean-Baptiste n’a pas assisté à mort de son cousin, il a été décapité avant, mais un artiste peut se permettre des libertés qui ne change en rien au message de Jean-Baptiste 

Enfin, j’aimerais vous partager deux visites qui m’ont marquée, c’était  la semaine dernière, dans deux Ehpad   : à la fin de ma première visite, j’ai posé tout simplement cette question : – qu’aimeriez vs que ns demandions ensemble au Seigneur ?  – je voudrais plus aimer Dieu ! me répond notre résidente. J’étais  tellement étonnée, que je lui ai demandé de répéter sa demande, c’était  la première fois que l’on me faisait part d’une telle prière ! Magnifique !

La 2ème visite est vendredi dernier, dans la  chambre d’une autre résidente qui nous partage son enthousiasme  par les livres de sœur Emmanuelle, et de continuer : « je voudrais être meilleure….  faire plus de bien autour de moi » Là aussi magnifique !

N’est-ce pas aussi cela préparer le chemin du Seigneur ? Je voudrais plus aimer Dieu, je voudrais  faire plus de bien autour de moi ?  N’est-ce pas notre part à nous ?…

Si le Christ, si les paroles de Jésus, si son esprit d’amour, de pardon, de bienveillance, de gentillesse, grandissent en moi –  si mon prochain prend un petit peu plus de place et si mon Moi avec un grand M, ce qu’on nomme communément mon ego, prend un petit peu moins de place, n’est-ce pas ainsi que je préparerai le chemin du Seigneur ? et cela jusqu’au jour où le Seigneur me rappellera à le rejoindre dans son royaume ?

Chers amis, chers bien aimés dans le Seigneur, que l’Esprit vous inspire, m’inspire à chercher ce beau chemin de Vie  ! Amen !

Télécharger la prédication

at dolor elementum Praesent luctus sit ultricies ut commodo