Secrétariat: 05 56 52 60 47 Urgences/Obsèques: 06 98 47 88 82

Prédication du Pasteur Pascal Vernier à l’occasion du  Culte de rassemblement de l’EPUdB du 23 juin 2019 au Temple du Hâ

Lectures bibliques :

Évangile de Luc 9, 10-17

Les apôtres, à leur retour, racontèrent à Jésus tout ce qu’ils avaient fait. Il les prit avec lui et se retira à l’écart, du côté d’une ville appelée Bethsaïda.

Les foules s’en aperçurent et le suivirent. Il les accueillit ; il leur parlait du règne de Dieu ; il guérit aussi ceux qui avaient besoin de guérison.

Le jour commençait à baisser. Les Douze vinrent donc lui dire : Renvoie la foule, pour qu’elle aille se loger et trouver du ravitaillement dans les villages et les hameaux des environs ; car nous sommes ici dans un lieu désert.

Mais il leur dit : Donnez-leur vous-mêmes à manger.

Ils dirent : Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons, à moins que nous n’allions nous-mêmes acheter des vivres pour tout ce peuple.

En effet, il y avait environ cinq mille hommes. Il dit à ses disciples : Installez-les par rangées d’une cinquantaine.

Ils firent ainsi ; ils les installèrent tous.

Il prit les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux vers le ciel et prononça la bénédiction sur eux. Puis il les rompit et se mit à les donner aux disciples pour qu’ils les distribuent à la foule.

Tous mangèrent et furent rassasiés, et on emporta douze paniers de morceaux qui étaient restés.

Un épisode bien fameux que cette multiplication des pains…et des poissons. Thème fondamental de l’Évangile : pas une multiplication mais 6 !

Les quatre évangélistes y insistent particulièrement, chacun à sa manière certes, mais de façon unanime, ce qui constitue une preuve de l’importance que l’Église Primitive accordait à cet évènement et donc de l’intérêt qu’il doit susciter à nos yeux aujourd’hui encore. Enfin : je suppose.

Peu de thèmes, comme celui-ci sont à ce point riche en évocations et idées de toutes sortes. Une nouvelle alliance vient en continuité de l’ancienne : un lieu désertique, un peuple écoutant au pied de la montagne et des ventres affamés qui ne vont pas se satisfaire que de (la) manne… Nouveauté.

Un chef d’œuvre littéraire, riches en couleurs, en reliefs, en actions et questions, en affirmations. Chef d’œuvre et morceau d’anthologie biblique parce que précis dans les informations savamment distillées sur l’œuvre, la personne et la nature de Jésus. Dialectiques subtiles tantôt entre : 

  • Les actes de puissance et miracles de Jésus…et pourtant, opacification volontaire de sa divinité
  • L’incompréhension des disciples…et pourtant la mise en actions que Jésus leur impose.
  • Une foule « dont » on veut s’éloigner, que l’on veut fuir…et pourtant dont on est pris de pitié, à laquelle il faut accéder, que l’on enseigne, que l’on nourrit. S’en défaire et, à la fois la sauver.
  • Un temps passé, celui des Pères d’Israël que tout rappelle ici, celui de Moïse….et pourtant un temps à venir, préfiguration du temps de la Passion et de la croix, ces deux temps qui se conjuguent pourtant dans l’aujourd’hui d’un miracle, dans l’aujourd’hui d’une présence qui bouleverse tout, dans l’aujourd’hui d’une Parole qui transforme radicalement tout.

Un chef d’œuvre, un feu d’artifices, un texte, un récit qui font pénétrer dans une 4° dimension, celle du relief spirituel…presque palpable, dans lequel, presque, on peut évoluer soi-même…comme par anticipation, parcours virtuel.

Une foule, 4000 ou 5000 hommes, des enfants qui crient et le silence d’un lieu désertique, l’herbe verte et haute et un crépuscule saisissant, un petit garçon (zoom) avec ses 5 pains d’orge, quelques poissons au fond d’un panier d’osier et des corbeilles pleines à raz bords, des groupes bien rangés par 50, des grappes d’humanité, des conciliabules, des questionnements, des gestes d’impuissance ou d’attente et des disciples dépassés par l’évènement et que les paroles de Jésus désorientent un peu plus…

Jésus pain de vie, pain lancé à la surface du monde, au fil du monde

Vitrail de la scène biblique de la multiplication des pains selon l'Evangile de Luc
Vitrail « La multiplication des pains » – Eglise Saint-Pierre et Saint-Paul (Baguer – Morvan) @http://ndoduc.free.fr

Je voudrais retenir pour vous ce matin une piste, celle du pain offert comme pain de vie, cette parole pourtant si dérisoire à vues humaines qui s’accomplit dans la faiblesse et la dérision de ces petits poissons et pains déjà rassis mais paroles faite chair, nourriture consistante et vraie offerte par un Dieu qui se fait chair au milieu du peuple.

Jésus est pain de vie. La Parole adressée au monde est pain de vie. La parole nourrit au-delà de la faim, témoins inertes et pourtant ventrus ces 12 paniers chargés des restes, nourriture surabondante, susceptible d’être offerte à d’autres foules et à d’autres peuples ailleurs et encore par l’intermédiaire des apôtres, d’apôtres, d’autres apôtres…dans les temps qui viennent, les temps du salut. Une indication claire, me semble- t-il, de ce qu’est l’église, la communauté chrétienne et messianique et sa mission, ce qu’elle doit, ce qu’elle devrait être, tous les jours. Les intermédiaires, les vecteurs, les porteurs d’eau et de pain, témoins que nous sommes à la suite des apôtres et auxquels est donné, demandé, suggéré de distribuer largement, abondamment les restes, toujours surabondants de la parole faite chair, pain et vin de la nouvelle alliance. Nouveauté. Un évènement pourtant lointain et inaccessible à notre mémoire mais qui s’enracine dans l’aujourd’hui de notre vie quotidienne, faite de pain, d’eau et d’esprit.

« Donnes nous aujourd’hui notre pain de ce jour », promesse du Dieu vivant dans notre vie, promesse d’une nourriture rassasiant le corps, certes mais, de façon plus durable, l’esprit, le cœur, l’amour, la tendresse, la joie du témoignage pour le service des hommes, de tous les hommes quelques qu’ils soient car tous ont les mêmes besoins de pain, d’amour de grâce et d’espérance.

Ce texte, ce récit est un appel, un de plus mais oh combien clair, précis et tranchant à prendre au sérieux, la promesse du Dieu fidèle à témoigner sans cesse à travers nos actes, par la force de la prière et de la louange, du Dieu qui rassasie nos désirs, des plus concrets et visibles aux plus cachés, aux plus essentiels et, peut-être pour nous-mêmes inaccessibles ! Un appel exigeant qui requiert de notre foi une attention accrue à prendre garde à ne jamais tomber dans deux excès, deux dangers :

  1. Le premier de ces dangers c’est celui de n’avoir à la bouche que des paroles pieuses, des idées nobles et généreuses sans doute mais d’une part de ne jamais les mettre soi-même en pratique et d’autre part de les asséner à des « ventres creux », à des hommes et des femmes vivant en dessous du minimum vital, en deçà du stade minimum de réception de cette parole, à cause de l’indigence (toutes sortes d’indigences) dans laquelle ils se trouvent. Comment pourrions-nous, pouvons-nous annoncer avec vérité l’amour d’un Dieu qui s’est fait pain de vie si nous ne nourrissons d’abord les corps ? Jésus le dit lui-même : cela fait plusieurs jours qu’ils n’ont rien mangé ! L’évangélisation, idée qui nous tenaille a des devoirs d’humanité auxquels les chrétiens ne sauraient échapper ou dont ils seraient étonnamment exempts !

    La parole est pain de vie dans la mesure où elle s’incarne directement dans l’existence physique des hommes et qu’elle prend garde du contexte dans lequel ils évoluent. Par conséquent, une parole de la part de Dieu sans actes, sans liens d’accueil, de relations est un non-sens et pour les « ventres creux » un scandale, une trahison presque. Dire la Parole ce n’est pas pratiquer le prosélytisme ! Dire la Parole cela veut dire la vivre.

  1. Le deuxième danger, c’est l’inverse du premier, c’est-à-dire la restriction, le fait de restreindre le pain de vie au pain seulement. C’est l’image de Moïse distribuent la manne au peuple d’Israël errant dans le désert. Durant 40 ans furent nourris des hommes et des femmes toujours plus querelleurs , « discutailleurs », critiqueurs de la présence de Dieu, car ce pain-là était destiné aux corps seulement. Beaucoup d’entre eux ne comprirent pas que la Parole de Dieu, pain de vie, l’était, l’est essentiellement pour le cœur des hommes et que tous les efforts humains les plus philanthropiques soient-ils ne sauraient en rien pallier le sens profond et indispensable que Dieu peut donner à toute existence. Et vous le savez tout comme moi : le « pain seulement » eh bien chers amis on en meurt ! Le pain seulement de la satiété, de l’avidité, du confort physique et intellectuel, de la suffisance intellectuelle, le « pain seulement » qui relègue inexorablement dans l’égoïsme et dans la solitude relationnelle ceux et celles qui ne désirent manger que de ce pain là ou bien en donner à manger aux autres. Notre Occident ne sait plus faire que cela, produire ou proposer que cela ! Pain stérile de relations qui n’a de saveur qu’un blé industriel ou qu’un seigle pré-fabriqué qui ne nourrit que le ventre, donnant « mal au ventre » jusqu’à en « avoir mal au ventre ». Un « pain seulement » qui n’a pas le pouvoir de faire sortir de l’anonymat des foules esclaves et manipulées à force de « propagande » des hommes et des femmes prêts à témoigner du miracle de la vie donnée en J.C. Pain qui nourrit le corps mais qui dessèche et tue le cœur. Si, pour nous qui connaissons la Parole du Dieu vivant nous ne la concevons que comme « pain seulement » alors cette parole est aussi pour nous un non-sens, une hypocrisie, une lâcheté. La Parole n’est pas un outil de pouvoir, de domination, de discrimination, d’originalité ou de singularité qui fait de nous des initiés et de communauté un club d’initiés prononçant des phrases rituelles pour faire partie d’un ghotta ! Si la Parole n’est pas pour vous, pour nous un pain qui fait vivre et une eau qui désaltère parce qu’on en a oublié le goût, alors vaine est notre foi, inconséquent ou inexistant notre témoignage, bafouée, foulée aux pieds la Grâce de Dieu, pain de vie, moisie notre foi….

Église de Bordeaux ! Communauté Protestante de Bordeaux ! Église Protestante Unie de Bordeaux : pensez-y, frères et sœurs dans le Seigneur :

De 5 pains et quelques petits poissons, Jésus nourrit jadis 5000 hommes, femmes et enfants. Qu’en serait-il des affamés du monde, du petit monde de notre vie particulière, les affamés du corps et de l’esprit qui rend libre, qu’en serait-il si nous osions (enfin !) dans la faiblesse de notre foi et dans le balbutiement de nos actions de grâce nous en remettre (enfin !) pleinement à notre Père céleste, le Dieu Présent au monde et à notre cœur ?

Qu’en serait-il, Église de Bordeaux, chers frères et sœurs et amis dans la foi, qu’en serait-il si nous osions (enfin !) mordre à pleines dents dans le pain de vie ? pas mordre la main de Moïse, nous mordre entre nous comme des chiens enragés ! mordre, puiser ce qui nous est indispensable pour vivre, pour être et donner à vivre autour de nous.

Qu’en serait-il de l’Église Protestante Unie de Bordeaux et de son extraordinaire potentiel de témoignage et de grâces si nous osions (enfin !) lâcher nos convenances à penser l’évangile, comme le peuple d’Israël maugréant jadis dans le désert pour (enfin !) nous mettre ou remettre en marche, pour vivre (enfin !) et de nouveau l’espérance que Dieu nous offre, pour enfin ! habiter « tout » l’espace de nos tentes, endosser (enfin !) l’évangile de vie, la Parole de vie, manger avec un appétit retrouvé la pain de vie, les petits pains au chocolat qui font de la vie un plaisir, un bonheur, un don, une promesse pour soi, à partager avec tous les autres ?

Le Seigneur nous le redit avec amour et fidélité ce matin ; c’est lui le pain de vie.

Amen

Partager
ut id non mi, felis Donec libero. Aenean
Fermer le panneau
Illustration d'un crayon qui écrit
Les annonces pour la semaine
image espaceur

Trouvez rapidement, en un clin d’œil, où vous pouvez participer à un culte de l’Église Protestante Unie de Bordeaux !

image espaceur

« SPÉCIAL CE MOIS« 

Les paroisses de l’Église Protestante Unie de Bordeaux, dans les différents secteurs, vous proposent des événements culturels, des conférences, des concerts… Vous êtes ici au bon endroit pour toujours trouver un résumé des activités et événements « spéciaux » du mois, avec les renseignements précis pour les noter dans votre agenda. Nous vous espérons nombreux à en profiter !

image espaceur

CENTRE CULTUREL HÂ 32

Nous vous invitons à découvrir notre page consacrée au Centre Culturel Hâ 32 où vous trouverez également le programme des réunions MIDI-14h et des conférences.

image espaceur

CAMPS DE SKI 2020

Du 9 au 15 février 2012, un séjour à la neige est organisé par l’Église au chalet Lum d’Amont à Montferrier (09) pour les jeunes de 8 à 17 ans. Pour plus de renseignements, consultez le site de la Région Sud-Ouest de l’Église Protestante Unie

image espaceur