Extraits de la Newsletter qui a été adressée aux paroissiens de Bordeaux-Ville le 3 avril 2020

Le vertige des silences

Nous savons maintenant que le confinement se prolonge/ va durer encore un peu-beaucoup et en entamant, cette troisième semaine, nous sommes pris par le vertige des silences.

Les silences de la rue, des bruits urbains raréfiés, et pour tous ceux et celles qui sont seuls, le silence intensifié du confinement.

Nous parviennent sans une certaine inquiétude les nouvelles du monde au sujet de «cet ennemi invisible» et pour le traquer, il a fallu accepter de s’isoler, et mettre entre parenthèses certaines libertés élémentaires.
Il me semble éprouver à ce jour ce sentiment où se mêle impatience et persévérance.

L’Impatience de retrouver la normalité du quotidien, les visages familiers ou anonymes, retrouver le rythme normal des choses de la vie. Nous allons sans aucun doute revisiter ce quotidien avec un regard nouveau, notre humanité avec plus de tendresse, et tous les «héros» de ce confinement avec plus d’attention qu’auparavant.

La persévérance pour tenir bon face à l’inconnu d’une situation qui chamboule tout et qui nous a fait toucher du doigt la fragilité et les limites de nos absolus. Demain supposera cet effort d’une lecture critique inventive et novatrice de nos habitudes. Mais de cette persévérance ici et maintenant nous apprenons à rester ferme et constant dans la foi et l’espérance.

De partager avec vous ce verset de Colossiens 1.11 «soyez d’une persévérance et d’une patience à toute épreuve».

Pasteure Valérie Mali

Mot du président

Chers amis,
Frères et sœurs,

Dans cette situation compliquée du confinement, il nous est donné d’espérer que chacun se porte aussi bien que possible et vive de manière apaisée cette période. 

Nos relations sociales sont affectées mais le temps s’organise différemment en fonction de nos familles, de notre travail, de nos engagements.

Qu’en est-il de notre Église de Bordeaux-Ville ?

Les activités cultuelles et les rassemblements étant interdits, nos cultes au Temple du Hâ sont suspendus. Vous avez ainsi pu découvrir les mini-cultes de notre pasteure et les nombreuses ressources présentées dans nos sites internet.

De la même façon, l’engagement au quotidien auprès des plus isolés ou des plus fragiles est poursuivi. Les visites se poursuivent avec assiduité… au téléphone ou en visioconférence, le lien est conservé, il vit, il est différent.

Les  réunions de votre Conseil de Communauté Locale et de son bureau sont maintenues, à distance.

L’année 2020-2021 s’organise sereinement : Organisation des cultes, éveil et école biblique, catéchisme, samedi théologique, actes pastoraux, diaconie… vos conseillers sont engagés malgré les difficultés d’organisation pour que ce que nous vivons aujourd’hui n’impacte pas l’avenir et que nous puissions vivre ensemble et fraternellement une belle année liturgique !

Le Conseil de Communauté Locale de Bordeaux-Ville a hâte que nous puissions enfin nous retrouver tous ensemble pour partager dans la joie l’espérance de la bonne nouvelle !

Henri Seillan
Président du CCL de Bordeaux Ville

Façade du Temple du Hâ présentant une bible
Façade du Temple du Hâ, Bordeaux

Même en temps de pandémie, je donne pour mon église

Aujourd’hui, à l’approche de Pâques et de la Pentecôte 2020 et alors que nous connaissons une crise sanitaire inédite, l’Église vit.

Notre communauté ne peut pas se réunir, la diaconie est rendue difficile mais l’Église vit.

Elle vit depuis deux millénaires malgré les difficultés, les souffrances, les incertitudes. Elle a perdu ce qui faisait d’elle une Église primitive pour devenir une organisation avec des missions définies et par voie de conséquence… des charges.

Aujourd’hui, quelle est notre responsabilité collective ? Il nous revient de préserver l’avenir en travaillant sur le présent.

Alors, ce petit texte n’est pas un appel aux dons, la situation est (très) difficile pour certains d’entre nous, ni une communication financière, il n’en a pas l’allure, mais il est le souhait de partager un constat : le constat d’une baisse importante de nos ressources…

L’Église a besoin de nous, nous avons besoin de l’Église, prenons soin d’elle parce que l’Église fait sens dans notre vie, nous voulons poursuivre sa mission ensemble, chacun selon ce qu’il peut dans l’audace de l’espérance Pascal.

Jean-Baptiste Rozier 
Trésorier 

Partager