Croix bronze n° 3 - Sculpture de Daniel Galy
Croix bronze n° 3 – Sculpture de Daniel Galy

Comment ouvrir la semaine sainte ensemble, comment entrer dans le temps pascal ensemble, en sachant que nous ne serons pas précisément ensemble ?

Non, nous ne serons pas rassemblés autour de la table à Pessah, ni vendredi-Saint, ni au matin de Pâques.

Alors comment imaginer Pâques 2020 sans ces gestes, ces rythmes, cette communauté vivante et fraternelle ? Sans doute que ces questions sont celles de notre vieille Église que le Covid-19 vient de bousculer. Ceux sont celles de tous chrétiens mais aussi de chacun(ne) face à l’interdit devenu vital du rassemblement.
Pâques empêchés d’exister, de s’incarner ?

Pâques 2020 si loin, si proche les uns des autres, Covid-19 oblige !

Si loin, si éloigné de ce qui nous est habituel quant Pâques nous rassemble en famille pour célébrer l’élément central de la foi chrétienne, quant à travers le monde, l’Église universelle fait place après le vendredi Saint à la louange du Christ ressuscité !

Dans quelques jours, seules les cloches seront autorisées à sonner au matin de Pâques !

Éloignés malgré nous et d’y répondre par la multitude des liens rendus possible par internet mais aussi et surtout par toutes ces leçons de vie quand nous veillons ensemble par la prière, la solidarité, la fraternité.

Si proche car le chemin du Christ jusqu’au Golgotha, en solitude, en souffrance, en prière jusqu’à La Croix rejoint ceux qui vivent derrière les murs des hôpitaux, le corps médical et les malades dans un même combat au nom de la vie.

Ce chemin qui rejoint les persécutés empêchés de vivre publiquement Pâques, comme les oubliés sans système de santé dans certains pays.

Pâques 2020 s’incarne si proche de nous, à chaque relèvement que nous vivons et vivrons bien au delà de la semaine sainte au nom de la vie plus forte que la mort, bien après le Covid-19 quand « l’espérance contre toute espérance » nous mobilise et ouvre un avenir possible qui laisse à l’humanité la responsabilité de s’inventer de nouveau en conscience et de resserrer les liens essentiels.

Pâques si proche, quand il est question de passage, de nouveauté de vie, d’accomplissement, de relèvement !  « Car c’est en espérance que nous sommes sauvés ». Rom.8:21

Pasteure Valérie Mali

Message pour Pâques à la communauté de Bordeaux-Ville

Frères et sœurs,

A la veille de Pâques, je veux avec votre Conseil de Communauté Locale et notre Pasteure Valérie Mali, vous adresser nos meilleurs vœux pour une belle et joyeuse fête pour vous et vos proches où qu’ils se trouvent.

Nous mesurons les peines et les souffrances dues à l’isolement, au manque de travail, à la maladie ou, pire, au deuil et c’est pourquoi nous appelons à renouveler notre espérance que nous offre la résurrection de Jésus.

Isaac de Ninive disait « Le seul vrai péché, c’est de rester insensible à la Résurrection ».

 

OUI ! Christ est ressuscité et il est vivant pour toujours.

Proclamons-le, en communion d’esprit en ce dimanche particulier qui nous empêche de nous réunir, et soyons les témoins qui ne rougissent pas de l’Évangile.

Une fois encore, aujourd’hui comme en ce matin de la résurrection, ce message nous parvient du tombeau vide : « Ne craignez pas, n’ayez pas peur, ne soyez pas dans l’angoisse ! Le Crucifié est ressuscité et vous précède !»

Notre foi chrétienne prend sa source là, en croyant l’incroyable, en espérant contre toute espérance, en aimant notre ennemi.

Oui, la foi, l’espérance et l’amour sont possibles avec la résurrection de Jésus.

Que cette Pâque soit alors une Pâque d’espérance pour tous, pour les malades, les isolés, les sans-emplois, ceux qui sont frappés par le deuil… Vraiment pour tous !

Fraternellement,

Pour le conseil de communauté locale du Hâ,

Le Président
Henri Seillan

Partager