Cinq semaines déjà  et encore  jusqu’au 11 mai !

Nous voilà  entrés dans la cinquième semaine de confinement. La fête de Pâques  a eu lieu, elle s’est adaptée aux circonstances.  Par le biais de la technologie et derrière nos écrans, nous avons célébré Pâques et malgré les distances, nous avons éprouvé la proximité de notre communauté vivante et fidèle à l’écoute de l’Évangile.

Improbable situation, malgré tout ! Vos messages sont nombreux qui encouragent à poursuivre ainsi,  au vue des circonstances, notre mission commune : l’annonce et le partage d’une Parole « des désenclavements ».

L’évangile  nous rejoint au milieu des tensions, dans nos maisons, dans nos familles, dans notre spiritualité et aussitôt de nous laisser désenclaver en priant pour chacun, en priant pour le monde, en priant pour un avenir bienveillant où être « le gardien de son frère et de sa sœur » n’est pas une illusion aride mais un devoir d’humanité, un devoir évangélique.

Je ne sais pas de quoi sera fait demain, mais nous écrivons ensemble une page inédite de notre histoire d’église, de société  et d’humanité et d’observer la force des solidarités comme la réponse à nos vulnérabilités.

Tout pourra  repartir de nouveau de là où nous sommes ancrés : de soi, du local, du lieu de nos vies et d’apprendre autrement à se désenclaver des confinements habituels, de nos propres cloisonnements avant le Covid-19.

Paradoxe du paradoxe!

Franchir la tente de nos habitudes et comme tous les soirs,  prier à 18h, d’élargir nos espaces, applaudir  à 20h et  rejoindre par des  gestes simples ceux que nous avions peut être ignorés jusqu’à présent et rompre nos solitudes, nos habitudes d’avant : se rejoindre, se saluer de balcons en fenêtres, partager une expérience commune, raisonner nos peurs, sourire malgré l’inquiétude, prendre soin des plus vulnérables, être en communion...et de continuer à l’être !

« Comme le Christ a rejoint les disciples qui s’étaient enfermés par crainte d’être pris, il leur dit: que la paix soit avec vous! »
Jean 20.19.

Gardons courage pour les jours à venir, avec dans le cœur et l’esprit, cette paix ancrée dans nos vies.

Moment de culte au Temple protestant du Hâ, Bordeaux
Moment de culte au Temple protestant du Hâ, Bordeaux @J-B. Rozier

Mot du président du CCL

Chers frères et sœurs,

Le confinement se poursuit, transformant 2020 en année exceptionnelle.

Pendant ce temps, l’année liturgique se déroule normalement, permanence de l’Église. Le dimanche de Pâques nous a ainsi fait rentrer dans « le temps de Pâques » jusqu’au dimanche de Pentecôte. De la Résurrection à l’Envoi pour annoncer la Bonne Nouvelle.

Ce changement de temps est l’occasion de nous rappeler les spontanés que nous avons l’habitude de chanter. Vous le savez, ils rythment nos cultes, ils ponctuent les différentes parties de la liturgie.

Liste des chants lithurgiques appelés Spontanés
Liste des Spontanés

Ces moments pendant lesquels l’Assemblée interprète psaumes et cantiques, debout ou assis dans notre Temple du Hâ, avec l’accompagnement de nos organistes habituels, Marie-Louise de La Barre, Eric Baustert et Yves Herlent, sont des instants de fraternité et de communion forts que nous aimons vivre.

Alors oui, nous avons hâte d’entendre de nouveau retentir les notes de notre orgue car ce sera le signe que nous serons de nouveau rassemblés, heureux de nous retrouver.

Prenez soin de vous !

Fraternellement,

Le Président,
Henri Seillan

Nous vous invitons à lire

« Oser la résurrection », la 8ème chronique du théologien Elian Cuvillier depuis le confinement, publié sur le site de Réforme

Partager