Le 5 mai 2019, le pasteur centrafricain Anatole Banga a été invité à assurer la prédication lors du culte interculturel de l’Église locale de Mérignac (secteur Bordeaux-Nord-Ouest). En réponse à la belle diversité du public rassemblé ce jour dans notre temple, A. Banga a choisi de s’appuyer sur trois textes du Nouveau Testament qui nous expliquent comment nos cultures et nos langues, si différentes, ne s’opposent pas à l’unité dans le Christ, bien au contraire.

Différents dans nos langues, nos cultures, nos couleurs de peau ... mais unis en Jésus-Christ !

Lectures bibliques

Galates 3 : 28-29

Il n’importe donc plus que l’on soit juif ou non juif, esclave ou libre, homme ou femme ; en effet, vous êtes tous un dans la communion avec Jésus-Christ.

Colossiens 3 : 11-12

Il n’importe donc plus que l’on soit non-Juif ou Juif, circoncis ou incirconcis, non civilisé, primitif, esclave ou homme libre ; ce qui compte, c’est le Christ qui est tout et en tous.

Actes 13 : 1-2

Dans l’Eglise qui était à Antioche, il y avait des prophètes et des maîtres : Barnabé, Syméon appelé Niger, Lucius de Cyrène, Manaën, qui avait été élevé avec Hérode le tétrarque, et Saul.
Pendant qu’ils célébraient le culte du Seigneur et jeûnaient, l’Esprit saint dit : Mettez-moi à part Barnabé et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés.

Photo du Pasteur Anatole Banga à l'EPUdB Mérignac
Partager