Secrétariat: 05 56 52 60 47 Urgences/enterrement: 06 98 47 88 82

 Jésus est en discussion avec des Pharisiens et des Sadducéens, des représentants des courants théologiques juifs de son temps, qui sont de tendances opposées, mais qui prétendent les uns et les autres comprendre et expliquer la volonté de Dieu et la bonne façon de s’y conformer. Et un scribe est témoin de ces discussions. Un scribe, ce n’est pas un simple scribouillard, un gratte-papier, un copiste. Dans certaines traductions, on les appelle des « docteurs de la loi ». Ce sont des biblistes, des pros, ils ont de l’autorité. Celui-là semble intéressé par le personnage de Jésus, prédicateur itinérant pas encore très connu, arrivé récemment de Galilée, mais qui lui paraît avoir une idée originale de la relation avec Dieu.

Certes, on avait déjà depuis longtemps, dans certaines écoles rabbiniques, fait le lien entre amour de Dieu et amour du prochain, mais ici Jésus associe étroitement ces deux règles de vie et il les place ensemble sous l’autorité de la plus importante formule du judaïsme, ce qu’on appelle le « chema israël » (écoute, Israël, l’Eternel, notre Dieu, l’Eternel est un). C’est donc une déclaration solennelle, capitale, la règle du règne de Dieu, c’est l’amour, Jésus est venu le dire, le vivre et entraîner l’humanité sur cette voie qui sera une approche constante de ce règne.

Le scribe exprime son accord, cette règle, dit-il, est supérieure à tous les systèmes religieux qu’il résume par l’expression « holocaustes et sacrifices », et Jésus, à son tour, l’approuve explicitement.

Tout le monde a l’air de s’entendre là-dessus, mais on s’aperçoit vite que ce n’est pas si simple. « Aimer », oui, mais c’est vague, c’est flou, du coup c’est difficile, exigeant, insécurisant. Au fond, quoi qu’il semble en coûter, en temps et en argent, c’est plus facile de sacrifier, de tenir à jour une liste de choses à faire et à ne pas faire, de péchés à ne pas commettre et de quelques autres qu’on peut à la rigueur se permettre moyennant quelques opérations purificatrices ultérieures pour régulariser. Plus facile d’avoir des formules à réciter, des moments à observer, des rites à suivre. Quelle que soit leur origine ou leur intuition originelle, les religions finissent presque toujours comme ça, y compris le christianisme dans certains de ses épisodes.

lire la suite de la prédication du pasteur retraité Roland Revet

Partager
Fermer le menu
Fermer le panneau
Illustration d'un crayon qui écrit
Les annonces pour la semaine
Un calendrier d'avent
Conférences, concerts, événements spéciaux....