Secrétariat: 05 56 52 60 47 Urgences/Obsèques: 06 98 47 88 82

Prédication du pasteur Andreas Braun du 10 mars 2019

Lectures bibliques : Psaumes 91 : 1-16 / Luc 4 : 1-13

Et si les tentations se résumaient en une seule ?

Chers amis,

Les tentations pour nous aujourd’hui sont bien différentes, … quoi que…, on va voir.

Les premières tentations de Jésus ne sont pas de l’ordre de nos tentations de simple consommation. Oh, que c’est beau d’entrer dans nos temples de consommation ou mieux encore dans les palais de consommation que j’ai vu en Chine. J’en suis encore très impressionné.

Regardons la première tentation : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre qu’elle devienne du pain. »  Autrement dit : utilise ton pouvoir de Fils de DIEU pour obtenir un bien matériel, pour ton propre plaisir, pour ta satisfaction personnelle… et je pense de nouveau aux Chinois qui courent derrière tous ces biens …

La fresque intitulée La tentation de Jésus qui se trouve sur le mur nord de la chapelle Sixtine
Sandro Botticelli (1445-1510) La tentation de Jésus, Fresque (1482) Mur nord de la Chapelle Sixtine

 

Deuxième tentation : « Prosterne-toi devant moi, et tu auras tous les royaumes de la terre » – autrement dit :  Détourne-toi de ton Père pour adorer Satan, pour adorer des idoles… et nous n’avons pas du tout besoin d’aller voir chez les chinois pour trouver des idoles et des adorateurs .

Enfin, troisième tentation : « Jette-toi d’en haut du Temple, et les anges viendront à ton secours. » autrement dit : Manifeste ta puissance divine pour accomplir des miracles et des prodiges.

Et vous voyez, chers amis, nous pouvons réduire les trois tentations à la question de la relation de Jésus avec son Père.

Ces trois tentations auxquelles Jésus résistait, le peuple hébreu dans son ensemble les avait déjà subies et lui, le peuple de Dieu, avait succombé à ces tentations. Pour le peuple de Dieu, c’était aussi dans le désert, mais au lieu de passer 40 jours dans le désert, ils y passait 40 ans.

La première tentation, c’était de revenir en Égypte, pour y retrouver la viande, les poissons, les concombres, les melons, les gigots et les oignons… ah,les oignons d’Égypte !!!
Comme Jésus sera tenté de changer une pierre en pain, les Hébreux avaient été tentés d’échanger la manne monotone contre un succulent gigot aux oignons … alors ils avaient murmuré contre Moise et contre Dieu (Nb 11, 4-9). Et en perdant ainsi confiance, ils avaient succombé à la première tentation.

La seconde tentation, c’était bien entendu de se prosterner, non pas devant Satan lui-même, mais devant un veau d’or, une idole faite de mains d’hommes (Exode 32).  En se détournant de Dieu, ils avaient succombé à la seconde tentation.

Et enfin, la troisième tentation, le peuple avait demandé des signes de la présence de Dieu, doutant de son existence même ou au moins de sa présence et voulait provoquer Dieu d’intervenir, de se manifester.
Du coup, pour calmer le peuple, Moise a fait fait surgir de l’eau du rocher d’Horeb.

Demander des signes de la présence de Dieu, demander des prodiges et des miracles, c’est encore une fois succomber à la tentation. Jésus fait à son tour l’expérience de cette tr4iple tentation, mais lui, il tient bon. Et le diable ne le met plus en tentation jusqu’au jour de la crucifixion.

Finalement, cette triple tentation tient en une seule : c’est la tentation de se détourner de Dieu, de mettre sa confiance ailleurs qu’en lui, d’utiliser ses propres forces pour servir son propre intérêt. Revenir en Égypte, fabriquer une idole, exiger des signes de l’existence de Dieu. Pour ce qui concerne le peuple hébreu, c’était « mettre sa confiance ailleurs que dans les promesses du Créateur. »

Pour Jésus, pourvoir lui-même à ses besoins, se prosterner devant Satan, s’affirmer comme un Messie autoproclamé et triomphant, ce serait se détourner de son Père, dont il a tout reçu. Ce serait du coup : se passer de Dieu et se mettre à la place de Dieu, et Jésus dit : « ne mets pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »

Pour moi, c’est la seule et unique tentation des Hébreux durant l’exode et de Jésus dans le désert. C’est valable finalement aussi pour nous, depuis Adam et Eve.
Effectivement la tentation à laquelle Adam déjà avait succombé et à laquelle Job déjà avait résisté, était : se passer de Dieu, devenir Dieu – vous serez comme Dieu –, vivre pour son propre compte, comme si les promesses de Dieu ne comptaient pas. Telle est notre tentation, comme à l’époque du peuple hébreux, comme à l’époque du Christ : se passer de DIEU et se mettre à la place de DIEU.
Vivre, comme si nous étions nous-mêmes notre propre origine, notre propre but, notre propre mesure et notre propre valeur. Faire comme si, ou faire en sorte que l’homme maîtrise tout, dispose de tout – des biens matériels, du sort de la planète, de sa propre vie et de sa mort.

Il s’agit donc d’une tentation spirituelle et pas du tout d’une tentation morale, comme nous le pensons souvent. Il s’agit de la question concernant notre relation avec notre créateur et pas d’une question de comportement… se passer de Dieu, se prendre pour Dieu … Ainsi, pour le chrétien, son éthique et ses valeurs morales découlent de sa foi, de sa relation avec Dieu et non pas l’inverse.

Notre conduite est le reflet de notre relation avec Dieu, notre conduite est le fruit de ce seul et unique commandement : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même. Et ce commandement correspond à une autre tentation, celle de « tu te passeras de Dieu et de ton prochain ».

Mais de cette tentation unique et véritable, Jésus est sorti vainqueur. Il est resté fidèle à son Père. Il n’a pas cherché à être un Messie indépendant, un Christ autonome, gonflé d’orgueil et servant son propre intérêt. Non, il s’est dépouillé de toute puissance, pour servir son Père et aimer les humains, jusqu’à la croix. Et c’est là encore, sur la croix, qu’il a été tenté pour la dernière fois … sauve-toi et sauve nous, si tu es le Fils de Dieu … être tenté de se passer de Dieu, qui donne la vie nouvelle, qui ressuscite les morts, se passer de Dieu qui veut sauver, pour se sauver lui-même. Et là-encore, il résiste à la tentation, il est vainqueur.

Jésus nous propose de vaincre nous aussi la tentation qui consiste à nous couper et à nous passer de notre Père céleste et enfin, nous propose de nous ressusciter.

 

Partager
porta. commodo libero risus. Donec nec ante. venenatis, vel, Nullam adipiscing
Fermer le panneau
Illustration d'un crayon qui écrit
Les annonces pour la semaine

"SPÉCIAL" CE MOIS

Chers lecteurs-rices,
En raison des activités réduites pendant la période estivale,
notre rubrique « Spécial ce mois » est temporairement retirée de notre site.
Merci de consulter la rubrique Communications.

Camp pour les 18-30 ans, du 25 au 30 août à Paris